Une assurance vie à la Caisse d’Epargne !

caisse epargne assurance vie

En France, les encours des contrats d’assurance vie ont dépassé les 1 880 milliards d’euros, dès les débuts de l’année en cours. En effet, l’assurance vie représente un moyen idéal pour la gestion de son patrimoine, à moyen et à long terme.

La banque française Caisse d’Epargne propose plusieurs types de contrats pour une meilleure gestion du patrimoine, allant de la valorisation du capital à la préparation de la retraite et de la succession, en passant par l’arrangement en termes de fiscalité.

➜ Réalisez de belles Économies en optant pour une Meilleure Mutuelle Santé !

Quels sont les principes de l’assurance vie ?

L’assurance vie est un bon moyen d’épargne, le contrat stipule que l’assureur doit verser un dividende ou un capital à l’assuré lui-même ou à ses bénéficiaires, à condition que le souscripteur paye des primes.

Le contrat de l’assurance vie permet donc à l’assuré ou à ses bénéficiaires, de reprendre l’argent investi selon les clauses. L’avantage est qu’il y aura des gains et des frais moindres.

À la souscription au contrat d’assurance vie de la Caisse d’Épargne, il sera demandé un versement initial (dépôt initial), puis des primes seront demandées, ces dernières peuvent être régulières ou pas. Le plafond des primes n’est pas défini sur le plan législatif, toutefois, sur le plan fiscal, il existe quelques éléments nécessaires à connaître pour bien rentabiliser l’investissement.

Trois types de contrats d’assurance vie existent chez tous les assureurs :

  • L’assurance vie ;
  • L’assurance en cas de décès ;
  • L’assurance mixte.

L’assurance vie est considérée comme un placement, alors que l’assurance en cas de décès est considérée comme une garantie pour les proches du souscripteur.

Comment souscrire à une assurance vie à la Caisse d’Epargne ?

La souscription à une assurance vie chez la Caisse d’Epargne est une procédure assez simple, il faut suivre des étapes une à une pour conclure. La première étape consiste à conclure le contrat avec votre assureur après fournitures des pièces du dossier administratif, il vous sera également demandé de désigner les éventuels bénéficiaires du contrat d’assurance en cas de décès. Ces derniers peuvent être de votre famille ou pas, vos désirs seront appliqués.

A lire aussi :  Pourquoi ouvrir une assurance-vie avant 70 ans ?

Néanmoins, vous pouvez changer d’avis à tout moment, le plus important est de respecter le droit de ses héritiers. Bien évidemment, vous devriez fournir l’apport initial à cette étape.

L’étape suivante consiste à l’alimentation du contrat par des primes, à ce stade-là, vous pouvez déjà retirer l’argent du contrat si vous en avez besoin, via une simple demande auprès de la Caisse d’Epargne.

En cas de décès, les bénéficiaires percevront le capital, sans avoir à payer les droits de succession, bien sûr, dans certaines situations, l’exonération n’est pas toujours totale, il faudra que les bénéficiaires s’acquittent de la fiscalité selon le barème en vigueur pour pouvoir bénéficier de la succession.

En effet, les sommes destinées aux bénéficiaires seront soumises à des règles fiscales en lien avec l’âge du souscripteur ainsi que la date de versement. Pour les versements effectués avant que le souscripteur n’atteigne les 70 ans, les bénéficiaires ne s’acquitteront d’aucune somme, jusqu’à 152 500 euros, au-delà de cette somme, le capital sera soumis à un barème.

Un prélèvement de 20 % sera effectué sur le montant dépassant les 152 500 euros et atteignant les 852 500 euros, pour les montants qui dépassent ce premier palier des 20 %, un prélèvement de 31.25 % sera appliqué.

Pour les versements effectués après les 70 ans du souscripteur, l’exonération des droits de succession pour les bénéficiaires concernera le montant n’excédant pas les 30 500 euros. Dépassant cette somme, un barème sera appliqué, selon le lien de parenté.

Quelles sont les actualités concernant l’assurance vie ?

Selon les nouveaux textes en vigueur : l’arrêté du 24 février 2022, à partir de début juillet 2022, les assureurs doivent être totalement transparents et afficher les tarifs sur leurs sites officiels, dans un tableau standardisé et validé par le ministère de l’Économie.

Le tableau en question devra contenir des informations par catégories identiques pour permettre aux souscripteurs de mieux comprendre et surtout, de comparer les droits d’entrée qui concernent les frais annuels et ponctuels, comme l’arbitrage, la sortie ou le basculement vers un autre contrat d’assurance.

A lire aussi :  Comment clôturer son assurance vie ?

Chez la Caisse d’Epargne, l’arbitrage qui sert à modifier la répartition du capital d’un support financier à un autre est souvent accompagné. Les conseillers client peuvent vous guider afin de vous éviter les éventuelles pertes, car l’investissement en unité de compte est souvent risqué.

➜ Réalisez de belles Économies en optant pour une Meilleure Mutuelle Santé !

Amandine Carpentier

Partagez :